77% des Bruxellois en âge de voter sont favorables à l'interdiction de l'abattage sans étourdissement

77% des Bruxellois en âge de voter sont favorables à l'interdiction de l'abattage sans étourdissement

GAIA informe
09 février 2018

Plus de trois quarts des Bruxellois qui ont le droit de vote trouvent que l'abattage sans étourdissement des animaux devrait être interdit en Région bruxelloise. En outre, ils seraient pas moins de 34 % (soit 20 % de plus qu'en 2016 !) à voter pour un autre parti si leur parti de prédilection ne voulait pas de cette interdiction. « Les Bruxellois ont parlé », commente le président de GAIA, Michel Vandenbosch. « Il est grand temps que les politiques bruxellois prennent au sérieux le signal clair que leur envoient les citoyens. »

Entre le 26 septembre et le 9 octobre 2017, le bureau d'étude IPSOS a interrogé 1003 Bruxellois ayant le droit de vote (18 ans ou plus), toutes religions, catégories d'âge et classes sociales confondues. Il ressort du sondage que près de 80 % des Bruxellois sont favorables à une interdiction de l'abattage sans étourdissement.

Perte de voix

Cette nette opposition à la pratique de l'abattage sans étourdissement pourrait même être déterminante aux élections : 34 % des électeurs affirment que la question influence de façon directe le choix de parti. En 2016, cela ne concernait « que » 14 % des électeurs. « Il ressort des résultats que chaque parti politique pourrait perdre des voix s'il ne soutenait pas l'interdiction de l'abattage sans étourdissement », explique Michel Vandenbosch.

Plus précisément, 24 % des électeurs du PS décideraient de changer de parti, 29 % des électeurs du MR, 30 % des électeurs d'ECOLO/Groen, 29 % des électeurs de DéFi, 30% des électeurs de la N-VA, 20 % des électeurs d'Open VLD, et 40% des électeurs du PTB/PvdA. Selon Michel Vandenbosch, « il s'agit d'un signal très clair du citoyen vers le monde politique. L'étourdissement des animaux avant tout abattage, sans exception, est une mesure qui s'impose. »

Opportunisme politique

La loi impose que les animaux soient rendus inconscients au moment de l'abattage, mais une exception est prévue dans le cadre des abattages prescrits par un rite religieux. Or, selon les chiffres de l'AFSCA, 31 % des bovins, 81 % des veaux et 96 % des moutons ont été égorgés en pleine conscience à Bruxelles en 2016 (et ce, toute l'année à l'abattoir d'Anderlecht).

Le 17 mai 2017, le Parlement wallon a adopté à l'unanimité (mis à part 3 abstentions) l'interdiction de l'abattage sans étourdissement. Il était suivi le 28 juin par le Parlement flamand – avec une seule abstention et aucune voix contre.

« Trop de politiciens s'opposent à une interdiction par peur de perdre des voix. Mais ce nouveau sondage montre qu'ils devraient plutôt craindre l'inverse. » Les abattages rituels à domiciles sont interdits en Région bruxelloise. « Mais c'est insuffisant », rappelle Michel Vandenbosch. « Bruxelles doit suivre l'exemple de la Wallonie et de la Flandre, et rendre obligatoire l'étourdissement des animaux, sans exception. Il s'agit d'épargner aux animaux une souffrance évitable », conclut le président de GAIA.

GAIA salue par ailleurs le bon exemple donné par la députée bruxelloise Annemie Maes (Groen), qui a préparé une proposition d'ordonnance visant à rendre obligatoire l'étourdissement des animaux avant l'abattage. GAIA demande aux députés membres des autres partis de cosigner la proposition d'ordonnance.

Plus d'actualités sur:

Écrivez à Rudi Vervoort

Pour une interdiction de l’abattage sans étourdissement à Bruxelles.

Ouvrez votre boîte e-mail et créez un nouveau message. Cliquez sur le premier bouton ci-dessous et collez la ou les adresses e-mail dans le champ d'adresse de votre nouveau message. Cliquez sur le deuxième bouton et collez le texte du message dans votre nouveau message. Envoyez et c'est fait !
Fermer
Le texte est copié correctement.