Le saumon d’Écosse souffre en silence

"Qualité supérieure". "La crème de la crème". "Notre saumon est élevé et pêché de manière durable". Dans notre pays, le saumon d’Écosse est vendu comme un produit d'excellente qualité. Mais la réalité est bien différente : les élevages de saumon d’Ecosse sont la cause non seulement de problèmes de respect du bien-être des animaux mais aussi de graves problèmes environnementaux.

Durant l’hivers 2020, une enquête de grande envergure a eu lieu, à l'aide de drones et d'hommes-grenouilles, dans 22 fermes écossaises dans lesquelles les saumons sont élevés en très grand nombre, enfermés dans des cages en mer. L'enquête effectuée par Compassion in World Farming (CIWF) et diffusée par GAIA en Belgique, met en lumière des souffrances effroyables pour ces animaux. L'équipe de recherche a visité les fermes des plus grands producteurs, qui représentent ensemble 96 % de l'industrie écossaise du saumon. Ils en ont conclu que les problèmes de bien-être dans les cages sont très répandus : des saumons présentant des déformations, des maladies, certains ayant perdu un œil, des algues poussant sur de grandes plaies ouvertes, des morceaux de chair et de peau rongés par les poux de mer.

Les saumons d’Écosse souffrent en silence.

Ressources

Chiffres

Chaque année, des centaines de milliards de poissons sont tués pour la consommation dans le monde. La législation sur le bien-être animal ne prévoit généralement aucune protection pour ces animaux, ce qui signifie qu’ils souffrent dans une quasi indifférence totale, que ce soit durant leur vie ou lors de leur mise à mort.

L'Écosse élève chaque année un nombre considérable de saumons de l'Atlantique. Rien qu'en 2019, le pays en a produit un record de 203 881 tonnes, soit l'équivalent d'environ 35 millions de poissons. Ce chiffre ne tient pas compte du taux de mortalité avant l'abattage – près d’un quart des poissons élevés en eau de mer (et encore plus lorsque les saumons sont transférés dans l'eau douce) - de sorte que le nombre total de poissons élevés dans ce cadre serait en réalité encore plus important (+ 40 millions de saumons)

Le Royaume-Uni exporte du saumon vers plus de 50 pays. En 2019, cela représentait pas moins de 99 000 tonnes de poissons, dont 1 260,9 tonnes rien que pour la Belgique. Avec ces chiffres, notre pays est le neuvième importateur mondial de saumon écossais.

La souffrance animale

Entre septembre et novembre 2020, une enquête a eu lieu dans 22 fermes écossaises différentes dans lesquelles les saumons sont élevés en très grand nombre, enfermés dans des cages en pleine mer. L'enquête met en lumière la terrible souffrance de ces animaux : des saumons présentant des déformations, des maladies, certains ayant perdu un œil, ayant des algues qui poussent dans leurs plaies béantes, des morceaux de chair et de peau rongés par les poux de mer. Ils ont également constatés des blessures aux branchies, des écorchures, des infections et des lésions à la bouche causés par les filets. Les poissons nettoyeurs (utilisés pour réduire les poux de mer chez le saumon) sont eux-mêmes attaqués par les poux, meurent fréquemment et souffrent de famine, de diverses maladies, de l’absence d’habitat adapté et d’interactions agressives dues à la promiscuité.

En Écosse, 28,2 % des jeunes saumons élevés en cage (marine) meurent au cours de la première année de production en raison de maladies, de parasites et de poux de mer. Ces saumons sont au cours de la deuxième phase de l’élevage transférés dans de l’eau douce. Si l'on inclut le taux de mortalité durant la phase d'eau douce, ce chiffre est encore plus élevé. Une industrie dans laquelle un saumon sur quatre ne survit pas à la période de croissance (la période précédant le transfert des saumoneaux dans des cages d'eau de mer pour atteindre le poids d’abattage) ne devrait pas être autorisée à se développer.

La qualité de l'eau est mauvaise, des particules visibles (huile, aliments, excréments, algues) y flottent librement. La surpopulation est manifeste et dans une des exploitations visitées en particulier, l'eau semble même manquer d'oxygène.

Les saumons sauvages parcourent parfois 3 000 km pour se reproduire, mais dans les élevages intensifs, les poissons nagent sans but et sont entassés les uns sur les autres durant près de deux ans dans des cages, les uns sur les autres. Ces conditions de vie misérables provoquent de graves blessures.

Les poux de mer

Dans les élevages intensifs de saumon, de nombreux poissons souffrent de poux de mer (que l'on trouve également dans la nature, mais dans des concentrations bien inférieures). Les poux de mer sont des parasites qui se nourrissent de la peau, du sang et du mucus des poissons. Leur nombre a augmenté avec l'expansion de l'industrie du saumon, qui n'a pas encore adopté de méthode de traitement et/ou de prévention efficace, respectueuse du bien-être animal et de l'environnement. Les méthodes mises au point par l'industrie pour tenter de débarrasser les poissons des poux de mer, comme l'exposition des poissons à l'eau chaude ou à la haute pression ("Thermolicer" et "Hydrolicer"), sont cruelles et inefficaces. De nombreux poissons en meurent.

Piégés à vie

Dans les élevages, les saumons sont enfermés toute leur vie dans des cages marines, ce qui les empêche de d’exprimer leur comportement migratoire. Piégés dans une petite zone stérile, ils n’ont aucune possibilité de se cacher ou de se déplacer vers un nouvel environnement, comme ils pourraient le faire dans la nature en réponse à des changements de température, de niveau d'oxygène, de météo, etc. Ils ne peuvent pas non plus chasser, ce qui est pourtant un de leurs comportements naturels.

Les poissons ressentent la douleur

De plus en plus de recherches scientifiques (par exemple, celles de l'Institut Roslin et de l'Université d'Édimbourg (2003) ; l'Université de Liverpool, 2019) prouvent que les poissons ressentent la douleur. Les pêcheurs ont souvent prétendu le contraire et pourtant : les poissons ressentent la douleur d'une manière similaire à celle des mammifères, et donc des humains. La structure du cerveau de tous les vertébrés est suffisamment complexe pour leur permettre de ressentir la douleur.

Le docteur Lynne Sneddon, directrice du département des sciences bio-vétérinaires de l'université de Liverpool, s'est penchée sur l'expérience de la douleur chez les poissons et d'autres membres du règne animal. Elle constate que la sensation de douleur est ressentie chez les vertébrés, et donc aussi chez les poissons. En fait, des études sur les poissons ont montré que la biologie de leur système nociceptif présente des similitudes frappantes avec celle des mammifères.

Toujours selon le docteur Sneddon, les poissons peuvent rester éloignés d'une partie dangereuse de leur habitat durant plusieurs jours, même si cela les empêche de manger.

L’abattage

Les méthodes d'étourdissement électrique et par percussion (l'application d'un coup dur sur le crâne du poisson) sont couramment utilisées par l'industrie écossaise du saumon pour l'abattage. Cependant, l'étourdissement préalable n'est pas une obligation légale et des milliers d'animaux peuvent encore être tués en en étant pleinement conscients.

Impact négatif sur l'environnement

Les élevages de saumons ont un impact dévastateur sur l'environnement. Ils polluent les eaux environnantes avec des déchets, des produits chimiques et des antibiotiques. Les parasites et les maladies qui se déclarent dans les fermes se propagent rapidement aux communautés de poissons sauvages. La salmoniculture contribue également à la destruction des écosystèmes marins.

Il s'agit de déchets organiques et chimiques qui, en modifiant la composition des sédiments, tuent les animaux et les plantes peuplant les fonds marins. Les déchets proviennent principalement des excréments et des aliments non consommés par les poissons. Les élevages de saumons libèrent des substances contenant notamment de l'azote et du phosphore, deux éléments nutritifs qui peuvent provoquer ce que l’on appelle l'eutrophisation, qui réduit la qualité de l'eau et entraîne la prolifération d'algues nuisibles.

L'utilisation de produits chimiques et de médicaments nuit également à l'environnement. Ils sont utilisés pour traiter les infections et les maladies, pour lutter contre les infestations de poux de mer, comme agents antimicrobiens tels que les produits chimiques dans les peintures, pour protéger les infrastructures d'élevage (par exemple en éloignant la saleté des équipements), et comme additifs alimentaires pour complémenter en cuivre et en zinc l'alimentation des saumons d'élevage.

L'interdiction de l'élevage de saumons

GAIA demande, au regard des graves violations du bien-être animal dans l'industrie écossaise de l'élevage du saumon, une interdiction de l'expansion de cette industrie soit imposée. À l'avenir, l'élevage de saumons doit être définitivement arrêté. En effet, il est impossible d’élever des saumons sans nuire à leur bien-être.

Ouvrez votre boîte e-mail et créez un nouveau message. Cliquez sur le premier bouton ci-dessous et collez la ou les adresses e-mail dans le champ d'adresse de votre nouveau message. Cliquez sur le deuxième bouton et collez le texte du message dans votre nouveau message. Envoyez et c'est fait !
Fermer
Le texte est copié correctement.