Expérimentation animale

Plus de 600 000 animaux sont utilisés dans les laboratoires chaque année en Belgique. Ils sont soumis à toutes sortes de tests : de toxicité, recherche fondamentale... Les chercheurs se justifient de ces tests en affirmant que l'expérimentation animale reste nécessaire. Mais qu'en est-il vraiment ?

GAIA réclame une politique réellement ambitieuse en faveur de méthodes substitutives aux tests sur animaux, permettant d'épargner à ces derniers une vie de souffrance au nom de la science et de la santé humaine.

Nos résultats

Botox : Allergan et Ipsen acceptent d'utiliser une méthode substitutive et de ne plus recourir à des tests douloureux Botox : Allergan et Ipsen acceptent d'utiliser une méthode substitutive et de ne plus recourir à des tests douloureux
1996 : dénonciation des conditions de vie de babouins enfermés en cages individuelles au CHU de Gasthuisberg 1996 : dénonciation des conditions de vie de babouins enfermés en cages individuelles au CHU de Gasthuisberg
2001 : condamnation de responsables de l'hôpital Erasme à Bruxelles pour de multiples infractions à la législation 2001 : condamnation de responsables de l'hôpital Erasme à Bruxelles pour de multiples infractions à la législation
Depuis 2005 : Interdiction belge de tester sur des animaux des produits cosmétiques ou leurs ingrédients Depuis 2005 : Interdiction belge de tester sur des animaux des produits cosmétiques ou leurs ingrédients
2008 : Interdiction belge des expérimentations sur les grands singes et des tests sur animaux pour le tabac 2008 : Interdiction belge des expérimentations sur les grands singes et des tests sur animaux pour le tabac
Depuis 2009, GAIA et l'ECEAE sauvent 18.000 animaux de laboratoire sous la directive REACH Depuis 2009, GAIA et l'ECEAE sauvent 18.000 animaux de laboratoire sous la directive REACH
2009 : Adoption de l’interdiction de mener des expériences en Belgique sur les primates anthropoïdes 2009 : Adoption de l’interdiction de mener des expériences en Belgique sur les primates anthropoïdes
11 mars 2013 : Interdiction européenne du commerce de produits cosmétiques testés sur animaux 11 mars 2013 : Interdiction européenne du commerce de produits cosmétiques testés sur animaux
Ecover signe la norme sans cruauté certifiant que ni les ingrédients utilisés ni les produits finis sont testés Ecover signe la norme sans cruauté certifiant que ni les ingrédients utilisés ni les produits finis sont testés
La Région de Bruxelles-Capitale se fixe l’objectif de réduire de manière chiffrée l’expérimentation animale La Région de Bruxelles-Capitale se fixe l’objectif de réduire de manière chiffrée l’expérimentation animale

Ressources

  • pdf

    Projet de loi relatif aux alternatives scientifiques de 2009

    Téléchargement
  • pdf

    Statistiques Belgique 2013

    Téléchargement
  • pdf

    Label HCS des produits non testés sur animaux : quid de la loi européenne ?

    Téléchargement
  • pdf

    The number of animals used in the European Union (2011)

    Téléchargement
  • pdf

    Tests sur animaux pour produits d'entretien - FAQ (2015)

    Téléchargement
  • pdf

    Formulaire de pétition contre les tests sur animaux des produits d'entretien

    Téléchargement

Législation sur le Bien-être animal

En savoir plus

placeholder

GAIA demande que les ministres du Bien-être animal établissent une stratégie claire et des objectifs concrets et graduels.

Selon l’Article 47 de la Directive européenne relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques (Directive 2010/63/UE), les gouvernements nationaux doivent, entre autres choses, contribuer à la mise au point de méthodes alternatives (Article 47 (1)), désigner les laboratoires aptes à valider des méthodes alternatives (Article 47 (2)), et promouvoir l’utilisation de méthodes alternatives (Article 47 (4)).

Créer un Centre belge des méthodes alternatives à l'expérimentation animale

En 2009, l'Etat belge a adopté une loi prévoyant la fondation d'un Centre spécifiquement chargé de stimuler la recherche en matière de méthodes alternatives à l'expérimentation animale. Sur le papier, cette loi répond aux exigences de la Directive européenne. Mais dans la pratique, ce Centre n'a toujours pas vu le jour, et la Belgique manque donc à son propre engagement.

GAIA estime que la création de ce Centre doit être une priorité pour les trois Régions du pays. L'attribution d'un budget suffisant pour la création et le bon fonctionnement du Centre est bien entendu indispensable.

Parvenir à une réduction graduelle du nombre d'animaux dans les laboratoires...

... en fixant des objectifs annuels fixes.

Si les statistiques en matière d'expérimentation animale indiquent qu'il y a aujourd'hui moins d'animaux utilisés dans les laboratoires par rapport aux années 1990, il ne s'agit pas d'une diminution constante ou contrôlée, mais d'une évolution essentiellement aléatoire. Une réelle stratégie de Réduction concrète s'impose donc, en utilisant par exemple plusieurs approches (par domaine d'expérience – toxicologie...). GAIA revendique également la suppression des tests sur certaines espèces d'animaux, primates, chiens et chats en première instance, tout en oeuvrant pour l'ensemble des animaux de laboratoire.

Interdire les tests sur animaux pour la fabrication de produits ménagers

Dans l'UE, les tests sur animaux pour la fabrication de produits cosmétiques sont interdits, et depuis le 11 mars 2013, par force de Règlement (CE n° 1223/2009), il n'est également plus permis de commercialiser de tels produits qui auraient fait l'objet d'expériences sur animaux dans d'autres régions du monde. Cependant, ce Règlement n'empêche pas les tests sur animaux pour la fabrication de produits ménagers. Au regard des engagements pris dans l'accord de majorité, GAIA demande l'interdiction des tests sur animaux pour produits d'entretien.

Appliquer une réelle transparence autour des tests pratiqués sur des animaux

Actuellement, le SPF Santé publique ne diffuse que des statistiques annuelles du nombre d'animaux employés dans les laboratoires du pays. Ces statistiques sont une compilation des informations communiquées par les laboratoires, et n'offrent aucune indication sur les tests en eux-mêmes. GAIA demande que les autorités fournissent des données largement plus détaillées en accompagnement des statistiques annuelles : sur la nature des expériences effectuées sur des animaux, sur la souffrance infligée ou encore sur les expérimentations douloureuses réalisées sans anesthésie.

La Coalition européenne pour mettre fin à l’expérimentation animale (ECEAE) est la principale alliance d’organisations européennes menant des campagnes contre les tests sur animaux. GAIA est le représentant belge de cette Coalition, et à ce titre, nous cofinançons le travail de toxicologues, qui examinent et commentent systématiquement les propositions d’expériences sur animaux. Depuis le lancement du programme REACH en 2009, leur travail a déjà permis de sauver 18.000 animaux de laboratoire. Ces animaux devaient être soumis à des expériences qui n’avaient pas de pertinence au regard de la littérature existantes, et qui ont donc pu être évitées grâce au travail de nos toxicologues.

Ouvrez votre boîte e-mail et créez un nouveau message. Cliquez sur le premier bouton ci-dessous et collez la ou les adresses e-mail dans le champ d'adresse de votre nouveau message. Cliquez sur le deuxième bouton et collez le texte du message dans votre nouveau message. Envoyez et c'est fait !
Fermer
Le texte est copié correctement.