FEDASIL ET LA CROIX ROUGE FERMENT LEURS PORTES AUX ANIMAUX DE COMPAGNIE DES RÉFUGIÉS UKRAINIENS

FEDASIL ET LA CROIX ROUGE FERMENT LEURS PORTES AUX ANIMAUX DE COMPAGNIE DES RÉFUGIÉS UKRAINIENS

GAIA informe
01 juillet 2022

LES ANIMAUX VICTIMES DE LA POLITIQUE D’ACCUEIL BELGE

Les associations de défense des animaux GAIA et l’UWPA (Union Wallonne pour la Protection Animale) se disent sidérées par la politique d’accueil actuelle et la décision inhumaine prise par Fedasil et la Croix Rouge de fermer leurs portes aux animaux des réfugiés. Pire, alors que des mesures de soutien étaient entreprises par GAIA et l’UWPA pour améliorer les conditions de détention des animaux dans le centre d’accueil pour réfugiés Ariane (à Woluwé-Saint-Lambert), la Croix Rouge et Fedasil ont mis unilatéralement un terme à toute collaboration.

La responsabilité de l’accueil des réfugiés avec des animaux est désormais rejetée vers les communes par Fedasil.

RUPTURE UNILATÉRALE ET IMMÉDIATE

Le 9 juin dernier, le cabinet du Secrétaire d'État à l'Asile et la Migration contactait GAIA pour lui demander d’essayer de trouver une solution à cette problématique. C’est pourquoi, depuis le 15 juin 2022, des mesures de soutien ont été entreprises par les associations de protection animales afin d’améliorer la détention des animaux au centre Ariane qui offre un accueil d’urgence temporaire aux réfugiés ukrainiens. Suite à une analyse de la situation, des solutions à court terme mais également structurelles ont été proposées par les associations.

« Un soutien à la fois matériel avec l’achat et l’installation d’une climatisation et un soutien humain, avec le recours à des bénévoles afin d’assurer l’encadrement des animaux et la bonne gestion sanitaire, était mis en place, sans aucune contrepartie demandée à la Croix Rouge. Il a également été proposé l’installation de locaux d’hébergements respectant les besoins des animaux, là aussi sans aucun investissement de la part de la Croix Rouge ou de Fedasil », affirme Sarah Bodart, coordinatrice de l’UWPA.

« Toutes ces solutions offertes ont été balayées d’un revers de main. Du jour au lendemain, Fedasil et la Croix Rouge ont rompu les échanges et refusé l’accès aux animaux des réfugiés, sans aucune justification », précise de son côté Ann Degreef, directrice générale de GAIA.

LA RESPONSABILITÉ REJETÉE VERS LES COMMUNES

En réponse à l’arrêt de la prise en charge des animaux des réfugiés au centre Ariane, Fedasil, sollicitée par GAIA et l’UWPA, renvoie la responsabilité au centre d’enregistrement du Heysel, à charge du centre de trouver des logements acceptant les animaux auprès des communes. Or, de l’aveu même de Fedasil, il manque aujourd’hui structurellement de logements permettant d’accueillir des réfugiés avec leurs animaux.

« Nous n’avons aucun souci avec le fait que Fedasil et la Croix Rouge n’aient aucune volonté de s’occuper des animaux. C’est un choix. Mais nous avons un problème lorsque non seulement il n’y a pas de volonté, mais en plus, les réfugiés qui ne souhaitent pas se défaire de leurs animaux n’auront d’autres choix que de vivre à la rue. C’est pire qu’une absence de volonté : c’est inhumain et une négation totale du bien-être animal », dénonce encore Ann Degreef.

GAIA et l’UPWA demandent avec insistance :

- Une réouverture immédiate de l'accueil des animaux au centre Ariane, dans des conditions dignes ;

- Au Cabinet de Nicole De Moor, Secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, d’apporter des solutions structurelles à plus long terme en matière d’accueil des réfugiés et de leurs animaux de compagnie.

Plus d'actualités sur:
Ouvrez votre boîte e-mail et créez un nouveau message. Cliquez sur le premier bouton ci-dessous et collez la ou les adresses e-mail dans le champ d'adresse de votre nouveau message. Cliquez sur le deuxième bouton et collez le texte du message dans votre nouveau message. Envoyez et c'est fait !
Fermer
Le texte est copié correctement.