UWPA et GAIA demandent que la Wallonie emboite le pas sur la Flandre et renforce ses contrôles en matière de maltraitance animale

UWPA et GAIA demandent que la Wallonie emboite le pas sur la Flandre et renforce ses contrôles en matière de maltraitance animale

GAIA informe
29 juin 2021

UWPA et GAIA demandent que la Wallonie emboite le pas sur la Flandre et renforce ses contrôles en matière de maltraitance animale

Ce 29 juin, le Ministre Flamand en charge du Bien-être animal, Ben Weyts, annonce le recrutement de 11 employés supplémentaires pour le Service du bien-être animal, à la satisfaction des associations de protection animale. Mais alors que le service flamand sera désormais composé de 42 employés à temps plein, le service d’inspection vétérinaire de l’administration wallonne (UBEA) ne compte actuellement qu’une dizaine de personnes, soit 4 fois moins d’inspecteurs en Wallonie pour faire face aux situations de maltraitances animales.

L’UWPA – Union Wallonne pour la Protection Animale et GAIA demandent que la Wallonie suive l’exemple de la Flandre et renforce drastiquement ses effectifs chargés d’effectuer les contrôles et les saisies d’animaux maltraités et négligés.

Quelques chiffres

Le nombre de contrôles réalisés par l’inspection vétérinaires flamande était de 6.097 en 2020. Ces contrôles ont permis la saisie et la mise en sécurité de 4.109 animaux en 2020. A défaut d’un effectif suffisant en Wallonie, les plaintes reçues en 2019 n’ont donné lieu qu’à 160 avertissements, à 128 procès-verbaux et 618 animaux ont été saisis, soit près de 7 fois moins d’animaux saisis.

Pour Sébastien de Jonge, Vice-Président de l’UWPA et Directeur de Sans Collier : « si la Wallonie veut être à la hauteur de ses nombreuses avancées législatives en matière de bien-être animal, il est indispensable que celles-ci se concrétisent sur le terrain. Les contrôles doivent être plus efficaces, plus rapides et plus sévères, au risque de voir les efforts législatifs réduits à néant. »

Ann De Greef, Directrice de GAIA ajoute « il n’est pas concevable que la souffrance animale et les faits de maltraitance soient traités différemment que vous soyez à Alost ou à Namur. Le bien-être animal concerne des millions d’individus en Wallonie, il mérite plus qu’une poignée d’inspecteurs. »

L’UBEA en sous-effectif

Le manque d’effectif au sein du service de l’administration wallonne (UBEA) engendre inévitablement une surcharge de travail et réduit considérablement les possibilités d’intervention en matière de lutte contre la maltraitance animale. Les citoyens wallons accordent désormais une très grande attention au bien-être des animaux. Leurs plaintes devraient, quant-à-elles, être traitées avec efficacité et dans les meilleurs délais.

Plus d'actualités sur:
Ouvrez votre boîte e-mail et créez un nouveau message. Cliquez sur le premier bouton ci-dessous et collez la ou les adresses e-mail dans le champ d'adresse de votre nouveau message. Cliquez sur le deuxième bouton et collez le texte du message dans votre nouveau message. Envoyez et c'est fait !
Fermer
Le texte est copié correctement.