La note d'orientation bruxelloise pour le Bien-être animal discutée au Parlement

La note d'orientation bruxelloise pour le Bien-être animal discutée au Parlement

GAIA informe
18 novembre 2014

Ce mardi matin, GAIA a assisté à réunion de la Commission Environnement du Parlement bruxellois, lors de laquelle Bianca Debaets, la secrétaire d'Etat au Bien-être animal, a présenté sa note d'orientation pour les 5 années à venir.

GAIA salue les engagements pris par Mme Debaets en faveur de la défense des animaux, et qui correspondent dans les grandes lignes à l'accord gouvernemental adopté quelques mois plus tôt. Il est ainsi prévu d'interdire sans délai l'élevage d'animaux pour la fourrure sur le territoire de la Région bruxelloise, de supprimer progressivement les expériences sur primates, d'accentuer la stérilisation des chats pour éviter l'abandon et l'euthanasie d'animaux, de travailler sur la question de l'abattage sans étourdissement... Sur le plan institutionnel, Mme Debaets a mentionné la création future du Conseil bruxellois du Bien-être animal, ainsi que la collaboration qu'elle souhaite mettre en place avec les associations de protection animale qui sont actives dans la Région.

Suite à la présentation de la note d'orientation de Mme Debaets, plusieurs membres de la Commission Environnement ont interpellé la secrétaire d'Etat sur une série de points évoqués. Les intervenants ont été Annemie Maes (Groen), Anne Charlotte d'Ursel (MR), Mahinur Ozdemir (cdH), Khadija Zamouri (Open VLD), Barbara d'Ursel de Lobkowicz (FDF), et Ahmed El Ktibi (PS).

Si GAIA est globalement satisfait de la note politique proposée, l'organisation partage avec ces membres de la Commission une série de réserves. GAIA déplore par exemple qu'il n'est nulle part fait mention de la stérilisation obligatoire des chats domestiques, une mesure pourtant prévue dans le Plan Chats tel qu'il avait été proposé par l'ancienne ministre fédérale du Bien-être animal. Par ailleurs, GAIA aurait aimé un plus grand engagement en faveur de l'étourdissement obligatoire avant chaque abattage, rituel y compris. Pas de mention non plus de la création du Centre des méthodes alternatives (à l'expérimentation animale), comme la loi belge le prévoit. Enfin, le budget annuel prévu pour la mise en place de la vaste politique de Bien-être animal en Région bruxelloise pourrait s'avérer largement insuffisant au regard des défis à relever. GAIA espère qu'en cours de législature, la note pourra être améliorée et renforcée.

Malgré ces quelques manquements, GAIA souhaite de tout cœur beaucoup de succès à la secrétaire d'Etat, et espère une collaboration fructueuse dans l'intérêt premier des animaux.

Plus d'actualités sur:
Ouvrez votre boîte e-mail et créez un nouveau message. Cliquez sur le premier bouton ci-dessous et collez la ou les adresses e-mail dans le champ d'adresse de votre nouveau message. Cliquez sur le deuxième bouton et collez le texte du message dans votre nouveau message. Envoyez et c'est fait !
Fermer
Le texte est copié correctement.