Ne vous faites pas avoir par l’expérimentation animale

Ne vous faites pas avoir par l’expérimentation animale

GAIA informe
01 avril 2014

En ce premier avril, la traditionnelle journée des blagues et canulars, l'organisation de défense des animaux GAIA et la Coalition européenne pour mettre fin à l'expérimentation animale (ECEAE) dénoncent quelques unes des expériences sur animaux les plus scandaleuses et insidieuses réalisées dans les laboratoires de l'UE.

Les statistiques les plus récentes indiquent que près de 11,5 millions d'animaux ont été utilisés par les chercheurs de l'UE en 2011. Ce nombre et les exemples suivants démontrent à nouveau que, contrairement aux affirmations de l'industrie de la recherche, les expériences sur animaux ne sont réalisées ni uniquement pour la recherche médicale vitale, ni en tant que dernier recours.

Malheureusement pour les animaux soumis à des tests douloureux, cette réalité n'a rien d'une blague. Les expériences suivantes mettent en lumière la tragique démesure de ces laboratoires, qui tentent d'imiter les maladies et le comportement humains – malgré l'existence de données beaucoup plus fiables chez l'homme. Ces tests minimisent par ailleurs la complexité des affections humaines, qui dépendent d'un très grand nombre de facteurs : génétiques, socio-économiques, psychologiques profonds, de l'expérience personnelle...

Voici quelques questions auxquelles des chercheurs ont récemment essayé de répondre :

  • Des chercheurs ont voulu déterminer si plusieurs sortes de boissons Coca-Cola ont un impact sur les organes reproductifs mâles. Pour ce faire, ils ont forcé des rats mâles à boire pendant 6 mois du Coca-Cola classique, sans caféine, Zero ou Light, en remplacement de leur eau. Ensuite, les rongeurs ont été tués et leurs testicules disséqués pour analyse. Cette expérience a été réalisée sur 50 rats (Slovaquie, financée par le gouvernement slovaque).1
  • Six jeunes lapins ont été employés dans une expérience visant à étudier les effets de stéroïdes anabolisants sur le cœur des athlètes. Chaque jour pendant deux mois, les animaux ont dû absorber les stéroïdes dissous dans leur eau, et ont été soumis de façon répétée à un cardiogramme sous anesthésie. Plusieurs lapins qui avaient reçu une plus forte dose ont développé de l'anxiété et de l'agressivité (Grèce).2
  • Pour déterminer si la mémoire est affectée par la privation de sommeil, des chercheurs ont forcé des lémuriens à rester éveillés pendant 8 heures en frappant et secouant leur cage. Les animaux en état de fatigue ont ensuite dû trouver leur chemin dans des labyrinthes, alors que des électrodes implantées chirurgicalement dans leur cerveau recueillaient des informations. Cette expérience a été conduite sur 31 de ces primates (France, financée par le projet UE FP7 Pharma-Cog).3
  • Afin d'étudier les effets de l'abus d'alcool sur la mémoire et l'apprentissage, 69 rats ont reçu de force des doses quotidiennes d'éthanol pendant six jours, puis ont été soumis à un test de natation. Les animaux étaient placés dans une grande piscine remplie d'eau, dans laquelle ils devaient trouver un petit promontoire caché sous la surface, afin de se reposer. Certains animaux présentaient des tubes implantés chirurgicalement dans leur cerveau, afin d'y injecter des produits chimiques et d'extraire les liquides cérébraux (Suède, financée par le gouvernement suédois).4
  • Dans le but d'évaluer la toxicité du jus d'Aloe vera (produit par une société américaine appelée Herbalife), 96 rats ont dû boire pendant 3 mois des concentrations diverses de ce jus dans leur eau. Lors de cette période, les chercheurs ont observé si les animaux mouraient de cette ingestion. A terme, les rongeurs ont été anesthésiés et saigné par une perforation du cœur, afin d'extraire leurs tissus pour analyses (Royaume-Uni, financée par Herbalife, réalisée à Huntingdon Life Sciences, Cambridge).5

SOURCES

  1. No harmful effect of different Coca-cola beverages after 6 months of intake on rat testes. (2013). Food and Chemical Toxicology, 62: 343-348.

  2. Oxidative stress and myocardial dysfunction in young rabbits after short term anabolic steroids administration. (2013). Food and Chemical Toxicology, 61: 101-105.

  3. Sleep deprivation impairs spatial retrieval but not spatial learning in the non-human primate grey mouse lemur. (2013). PLoS One, 8(5): e64493.

  4. Upregulated dynorphin opioid peptides mediate alcohol-induced learning and memory impairment. (2013). Translational Psychiatry, 3: e10.

  5. Safety of purified decolorized (low anthraquinone) whole leaf Aloe vera (L) Burm. f. juice in a 3-month drinking water toxicity study in F344 rats. (2013). Food and Chemical Toxicology, 57: 21-31.

Signez notre pétition contre les tests des produits d'entretien sur animaux

Ouvrez votre boîte e-mail et créez un nouveau message. Cliquez sur le premier bouton ci-dessous et collez la ou les adresses e-mail dans le champ d'adresse de votre nouveau message. Cliquez sur le deuxième bouton et collez le texte du message dans votre nouveau message. Envoyez et c'est fait !
Fermer
Le texte est copié correctement.