L’expression « Poule de luxe »

L’expression « Poule de luxe »

GAIA informe
24 juin 2021

GAIA demande le retrait de l’expression « Poule de luxe » du dictionnaire de l’Académie Française

Ann De Greef, directrice de GAIA : « Sérieusement ? Poule - de – LUXE ? L’association des mots “poule” et “luxe” est complètement antinomique, quand on pense à la situation absolument honteuse dans laquelle vivent les poules dans la majorité des élevages. Du Luxe, franchement ? »

GAIA lance une nouvelle campagne pour dénoncer les conditions de vie des poulets de chair. Un spot radio est diffusé à partir d’aujourd’hui sur toutes les grandes antennes de radios belges jusqu’au 4/7. GAIA demande à l’Académie Française de retirer l’expression « Poule de luxe » de leur dictionnaire français. L’association des mots “poule” et “luxe” est complètement contradictoire avec la situation absolument honteuse dans laquelle vivent les poules d'engraissement dans la majorité des élevages intensifs. GAIA dénonce le phénomène horrifiant des poulets de chair à croissance rapide, qui grandissent si vite que leurs pattes ne supportent plus leur poids. Chaque année en Belgique, quelque 300 millions de poules sont engraissées et abattues pour la consommation. Plus de 90 % d’entre elles, entassées par dizaines de milliers dans d'immenses poulaillers, proviennent d’élevages intensifs. « Une poule de luxe, ça n’existe pas. Il faut cesser immédiatement d’utiliser cette expression qui laisse véhiculer l’idée que les poules vivent généralement dans des conditions luxueuses. Je peux vous dire qu’il n’y a pas une seule poule d’élevage qui vit dans le luxe. Il faut cesser d’utiliser cette expression, par respect pour les être sensibles que sont les poules, ET pour la langue française. » explique Ann De Greef, directrice de GAIA. Parallèlement, GAIA a déjà adapté la définition de "poule de luxe" dans le dictionnaire en ligne wikitionary. Cette nouvelle campagne de l’association de défense des animaux a comme ambition d’attirer l’attention sur les conditions effroyables dans lesquelles vit cette espèce animale terrestre la plus consommée.

Plus d’info[1]

  • En élevage industriel, les poulets sont sélectionnés pour produire un maximum de viande en un minimum de temps. Au cours des 60 dernières années, la vitesse de croissance des poussins élevés de façon intensive pour la viande a ainsi augmenté de 400 % (de 25 g à 100 g par jour). En entassant le plus d’animaux possible par m2 (15 à 23 poulets).

  • Cette course à la croissance porte sans surprise préjudice à la santé et au bien-être des jeunes poulets, occasionnant notamment des déformations osseuses. Les pattes fléchissent sous le poids surdimensionné du corps. En conséquence, beaucoup souffrent de douloureux problèmes aux pattes (boiteries). Dans ces élevages intensifs et conventionnels près de la moitié des poulets (47 %) souffrent de boiterie. Pendant la quarantaine de jours d’existence des poulets, la litière n’est jamais changée. A cause des graves problèmes de boiteries et de surpeuplement, les poulets passent la plupart du temps couchés sur une litière humide et sale, occasionnant des brûlures et lésions des coussinets plantaire qui peuvent prendre la forme d’ulcères et s’infectent. Les émanations d’ammoniac de la litière sont également la source de troubles respiratoires, détériorant encore plus les conditions de vie des oiseaux. Outre les problèmes aux pattes, la croissance accélérée des poulets engendre également des troubles cardiaques.

  • L'ascite, le liquide qui s’accumule autour des organes) concerne de 0,34 % à 5 % des poulets élevés dans le monde, soit 920 000 à 13 500 000 oiseaux en Belgique par an. Plus la fin de la période d'engraissement est proche, plus les conditions de vie des poulets sont désastreuses, surtout à partir de la quatrième semaine. "La législation actuelle, censée protéger le bien-être de ces animaux, ne le fait qu'en apparence. Elle est conçue sur mesure pour le système existant et ne change rien à la problématique", souligne Ann De Greef. « Leurs mal être est inhérent au système ».

  • Les élevages intensifs comptent pour 87 % de la production belge de poulet et compte des centaines d’exploitations de grande taille, qui se situe surtout en Flandre. En moyenne, un élevage compte 50 000 animaux, alors que ce chiffre n’était que de 37 500 poulets en 2013, soit 15 à 23 poulets par m2. L’élevage biologique ne représente que 0,1% des poulets élevés dans la région flamande. Sur les 271 élevages professionnels que compte la région wallonne, 80 sont des élevages biologiques (6 % des poulets élevés dans la région). Un élevage wallon compte en moyenne 17 000 poulets.

  • Appel aux supermarchés belges : Le secteur de la grande distribution porte majoritairement la responsabilité de cette misère du poulet. En tentant leurs clients avec la viande de poulet toujours moins chère, la production en masse est impossible sans causer toujours plus de souffrance animale, Néanmoins, les chaînes de supermarchés peuvent également constituer une partie importante de la solution, afin d’améliorer efficacement le bien-être des animaux. GAIA demande à l’ensemble des chaînes de supermarchés de ne plus mettre en vente et de ne plus acheter de viande de poulets élevés dans des conditions portant gravement atteinte au bien-être animal, en optant pour des alternatives (plus) respectueuses des animaux. En souscrivant au label étoilé Beter Leven Keurmerk (BLK) ou au European Chicken Commitment[2], qui garantissent une viande provenant de poules de races à croissance plus lente, élevées de manière nettement moins intensive avec moins d'animaux par m2 et disposant d'une litière sèche et de parcours extérieurs). Le supermarché hollandais Jumbo, a montré le bon exemple en vendant la variété de poulets à croissance plus lente et d’ici janvier 2023, ils se sont engagés à ne plus vendre de poulets à croissance rapide du tout.

[1] Rapport d'une enquête réalisée entre octobre et décembre 2017 https://www.gaia.be/sites/default/files/campaigns/attachments/2018_-report_broilers-_fr.compressed_0.pdf

[2] https://betterchickencommitment.com/en/

Plus d'actualités sur:

Aidez-nous à mettre fin à ces pratiques indignes d’une société dite évoluée

Envoyez dès aujourd’hui un courrier de protestation aux supermarchés.

Ouvrez votre boîte e-mail et créez un nouveau message. Cliquez sur le premier bouton ci-dessous et collez la ou les adresses e-mail dans le champ d'adresse de votre nouveau message. Cliquez sur le deuxième bouton et collez le texte du message dans votre nouveau message. Envoyez et c'est fait !
Fermer
Le texte est copié correctement.