GAIA lance une campagne de prévention pas comme les autres

GAIA lance une campagne de prévention pas comme les autres

Action de GAIA
14 décembre 2012

Aujourd'hui, l'organisation de défense des animaux GAIA a lancé une singulière campagne de prévention à la Rue Neuve de Bruxelles. A bord du bus de prévention de GAIA, les passants ont dès aujourd'hui la possibilité de se faire vacciner par des « docteurs et infirmières » de l'organisation contre une variante mortelle de la stéatose du foie, se caractérisant par un décuplement de la taille normale du foie. En Belgique, quelques centaines de milliers de patients souffrent de cette affection. En France, ils sont 40 millions. Sous le mot d'ordre « Pas de bête malade à ma table », GAIA organise un parcours de prévention, passant par 5 villes belges, qui vise à attirer l'attention des consommateurs au moyen d'actions de vaccination sur la souffrance subie par les canards et les oies pour la production de foie gras. Des suites de la pratique cruelle du gavage, ces palmipèdes souffrent d'une stéatose du foie extrême.

Ne servez pas de bête malade à votre table

On ne peut plus clair : GAIA lance une nouvelle et singulière campagne contre le foie gras. A bord du bus de prévention, les conseillers de GAIA offrent information et vaccination contre la stéatose du foie. La vaccination consiste en une brève confrontation avec la dure réalité : une vidéo de prévention montre le traitement peu enviable subi par les canards pour la production cruelle de foie gras. De cette manière, GAIA vise à immuniser les gens contre la consommation de foie gras. Les différentes villes traitées sont Bruxelles, Namur, Liège, Anvers, et Gand. Jusqu'au 29 décembre, des spots radio de GAIA sont également diffusés sur La Première, Pure Fm, Classic 21, NRJ et Vivacité, avec un message clair : pas de bête malade à ma table.

Foie malade

En Belgique, plusieurs centaines de milliers de canards et quelques milliers d'oies subissent la pratique du gavage pour le foie gras. Pour ce faire, un tuyau en métal (embuc) est introduit dans la gorge de l'animal et une bouillie de maïs y est projetée par une machine pneumatique jusqu'à l'œsophage. Enfermés dans des cages exiguës, les canards et les oies doivent ainsi ingurgiter quotidiennement et de force un quart de leur poids en nourriture. Par comparaison, c'est comme si un adulte de 80 kg était forcé d'avaler 20 kg de spaghetti par jour. Tous ces oiseaux souffrent d'une forme extrême de stéatose hépatique. Au terme de la période de gavage, le foie a atteint un volume jusqu'à 10 fois supérieur à la normale. Le foie surdimensionné fait pression sur les sacs pulmonaires, poussant les palmipèdes à haleter continuellement le bec ouvert, à bout de souffle. Entre 2 % et 4 % des canards meurent pendant la période de 12 jours de gavage, avant même l'abattage. Un taux de mortalité 10 à 20 fois plus élevé que dans les élevages de canards ordinaires.

Dr. Yvan Beck, vétérinaire : Le gavage forcé des palmipèdes ou stéatose hépatique nutritionnelle entraîne une transformation pathologique du foie qui est à l'origine de souffrances incontestables pour ces animaux. Le Comité scientifique (de la santé et du bien-être des animaux) de la Commission européenne a également tiré la conclusion que les méthodes de gavage actuelles étaient particulièrement préjudiciables pour les canards et les oies. Depuis 1998, ces scientifiques recommandent la recherche et la mise en œuvre d'alternatives permettant d'éviter la pratique du gavage.

Un remède savoureux : le Faux Gras de GAIA

Il existe un remède contre la grave maltraitance que constitue le foie gras : le Faux Gras de GAIA. Depuis le 1er décembre, l'alternative au foie gras respectueuse des animaux est disponible dans toutes les chaînes de supermarchés, Aldi mis à part, et dans plusieurs magasins biologiques. Dans certains magasins Delhaize et Colruyt, les consommateurs peuvent prendre part dès le 16 décembre à des dégustations de Faux Gras de GAIA. Avec 160 000 boîtes vendues, l'alternative au foie gras a atteint en 2011 un record absolu. Préparé à base d'ingrédients festifs tels que de la truffe et du champagne, le Faux Gras de GAIA convient parfaitement aux tables de fêtes. Il s'agit en outre d'un produit entièrement végétal et biologique. Le Faux Gras de GAIA est savoureux sur un toast avec une coupe de champagne, mais il peut se préparer de bien d'autres façons également. Des exemples de recettes sont disponibles sur www.fauxgras.be

Sondage d'opinion

Début 2011, le bureau d'étude IPSOS a conduit, à la demande de GAIA, un sondage d'opinion à propos du Faux Gras de GAIA. Les résultats sont pour le moins intéressants :

  • 1 Belge sur 3 connaît le Faux Gras de GAIA (dont 37 % des Bruxellois).

  • 3 % des Belges l'ont déjà goûté.

  • 1 Belge sur 2 envisage d'en acheter dans son supermarché (53 % des Wallons).

  • 2/3 des consommateurs de Faux Gras comptent en manger à nouveau.

L'effet des actions de GAIA

En ce qui concerne la consommation de foie gras pendant les fêtes, les actions de GAIA ont permis une meilleure prise de conscience :

  • 82 % des répondants pensent que les animaux souffrent pour la production de foie gras.

  • 2 Belges sur 3 considèrent que les campagnes de GAIA leur ont fait prendre conscience de la souffrance animale qu'occasionne le gavage. - Les actions de GAIA ont convaincu 4 Belges sur 10 de ne pas manger de foie gras. C'est le cas pour 34 % des Wallons, un taux moins élevé que la moyenne mais qui a presque triplé par rapport à 2009 (13 %).

  • Les deux raisons principales de s'en passer : le goût (30 %) et le bien-être animal (25 %). A contrario, les premières raisons invoquées pour en manger sont également le goût (50 %) et la tradition (26 %).

  • Par rapport à l'année précédente, la souffrance des animaux est une raison qui a convaincu davantage de personnes de ne pas manger de foie gras : 15 % contre 9 %.

  • Le nombre de Wallons qui considèrent que manger du foie gras est dépassé a plus que doublé, passant de 18 % à 37 %. A Bruxelles, 41 % des répondants le pensent, contre 27 % l'année précédente.

  • Les Wallons sont près de 20 % en plus à affirmer que la production de foie gras fait souffrir les palmipèdes : de 56 % en 2009, ils sont passés à 76 %. Un avis partagé par 83 % des Bruxellois, soit une augmentation de 25 %.

  • 47 % des Belges (soit 60 % des Flamands, 42 % des Bruxellois et 36 % des Wallons) ne sont pas d'accord avec l'affirmation selon laquelle ne manger du foie gras qu'une fois par an n'est pas grave.

Près de 4 Belges sur 10 ont consommé du foie gras ; une augmentation par rapport à l'année précédente principalement due au fait qu'ils s'en sont vus proposer. C'est la raison pour laquelle la nouvelle campagne de GAIA vise à inciter les consommateurs à refuser du foie gras, même si on leur en propose.

Plus d'actualités sur:
Ouvrez votre boîte e-mail et créez un nouveau message. Cliquez sur le premier bouton ci-dessous et collez la ou les adresses e-mail dans le champ d'adresse de votre nouveau message. Cliquez sur le deuxième bouton et collez le texte du message dans votre nouveau message. Envoyez et c'est fait !
Fermer
Le texte est copié correctement.