GAIA ET ANIMAL RIGHTS PORTENT PLAINTE CONTRE L’ABATTOIR DE TORHOUT

GAIA ET ANIMAL RIGHTS PORTENT PLAINTE CONTRE L’ABATTOIR DE TORHOUT

Action de GAIA
23 juin 2020

GAIA ET ANIMAL RIGHTS PORTENT PLAINTE CONTRE L’ABATTOIR DE TORHOUT

Des images, filmées en 2019 dans l’abattoir de Torhout montrent des formes graves de négligence et de maltraitances animales. De porcs, toujours conscients lorsqu’on leur tranche la gorge, à des porcs atteints de prolapsus ou encore des truies prêtes à mettre bas qui avortent de leur porcelet dans l’abattoir. GAIA, conjointement avec Animal Rights, dépose une plainte civile contre ces pratiques horribles « Il est de notre devoir, tout comme contre les horreurs de l’abattoir de Tielt, de déposer à présent une plainte contre l’abattoir de porcs de Torhout. », explique le président de GAIA, Michel Vandenbosch. « Apparemment, le scandale de Tielt n’a pas suffi à réveiller les consciences. En outre, nous appelons le ministre flamand du Bien-être animal, Ben Weyts, à agir immédiatement. Le ministre dispose d’un arsenal complet pour intervenir. Le processus de production peut être freiné et même fermé, par exemple, par décision ministérielle et conformément au règlement européen sur l’abattage 1099/2009 ».

L’abatteur de porcs Van Hoornweder de Torhout abat jusqu’à 650.000 porcs par an. Les images publiées et les rapports d’inspection officiels de 2019 démontrent clairement des violations de la législation sur le bien-être animal dans l’abattoir.

Animaux non-dignes de transport
Les éleveurs et les transporteurs de porcs continuent à fournir des animaux qui ne peuvent pas être transportés. On peut ainsi voir des porcs trop estropiés pour pouvoir sortir du camion sans aide ou qui arrivent encore à peine à en sortir en trébuchant. On y voit des porcs avec des prolapsus, des blessures nécrotiques, présentant d’énormes abcès ou encore des truies sur le point de mettre bas. Certaines truies avortent spontanément de leurs porcelets en route vers la salle d’attente de l’abattoir.

Égorgés vivants, noyés vivants
A voir encore : des porcs qui se réveillent après étourdissement et des porcs toujours vivants après avoir eu la gorge tranchée. Ils se réveillent en hurlant, suspendus à l’envers à une chaine dans la chaîne d’abattage et se noient vivants dans le bain d’échaudage.

Il n’y a pas que les images. Ces faits sont également relatés dans un rapport d’inspection dont dispose GAIA et Animal Rights : « A 14h39 je constate qu’une truie reprend conscience (paupières ouvertes, tire sur la chaîne) juste avant d’entrer dans le bain d’échaudage. A cet instant, aucun membre du personnel n’était présent pour intervenir.» Ces images nous rappellent celles de l’abattoir de Tielt.

D’après le rapport d’inspection demandé, il semble que le problème de l’étourdissement des porcs existe déjà au moins depuis 2017. Le 12 janvier de cette année, un inspecteur note : “En entrant dans l’abattoir où les porcs sont égorgés, je remarque que plusieurs animaux suspendus hurlent et gesticulent. L’étourdissement n’a visiblement pas été effectué correctement et plusieurs d’entre eux reprennent conscience avant même d’être égorgés. Les ouvriers continuent à travailler comme si de rien n’était. »

Le 22 février 2019, un inspecteur note: “En tant qu’inspecteur antemortem j’ai remarqué que plusieurs porcs d’engraissement attendaient, suspendus à une chaine, d’être égorgés alors qu’il reprenaient conscience; c.à.d. qu’ils tiraient à leurs chaines et émettaient des hurlements.» Les doutes et la frustration suscités par ces problèmes persistants sont perceptibles dans les notes des inspecteurs : « Ces faits constituent des violations manifestes des lois sur le bien-être des animaux qui sont des constantes depuis déjà plusieurs mois et qui ne peuvent plus être tolérées. » « Il y a un sérieux problème structurel dans les abattoirs", explique Els Van Campenhout, coordinatrice de campagne chez Animal Rights, “la direction ainsi que le personnel semblent totalement insensibles à la souffrance des animaux et les instances gouvernementales, chargées de surveiller les abattoirs, semblent ne pas faire leur travail. »

Plainte
Les images ont été remises à Animal Rights. Ceux-ci ne révéleront pas la ou les sources. Animal Rights, conjointement avec GAIA, dépose plainte contre l’abattoir suite aux abus constatés grâce aux images et aux rapports d’inspection.

La plainte comprend les infractions suivantes :

1) Les animaux reprennent à nouveau conscience après l’étourdissement au CO2

2) Le responsable du bien-être animal ne remplit pas correctement sa tâche.

3) Le ‘déchargement” d’étages entiers de porcs simultanément plutôt qu’en petits groupes..

4) Le transport de truies prêtes à mettre bas et/ou des truies ayant récemment donné naissance à des porcelets

5) Des animaux gisent sur le sol dans les couloirs et les zones d’attentes : ne pouvant se déplacer seuls et souffrant sans qu’une délivrance suive.

6) Des animaux avec des plaies ouvertes et même nécrosées, des abcès, ou des prolapsus et autres sont acheminés par les éleveurs de porcs et les transporteurs et acceptés par les abattoirs et les instances gouvernementales avec des tâches de contrôle.

Les infractions susmentionnées sont contraires à la loi sur le bien-être des animaux du 14 août 1986, au règlement 1099/2009 du Conseil européen du 24 septembre 2009 relatif à la protection des animaux au moment de leur décès et au règlement (CE) no 1/2005 du Conseil du 22 décembre 2004 sur la protection des animaux pendant le transport et les activités connexes.

On y voit des porcs avec des prolapsus, des blessures nécrotiques, présentant d’énormes abcès ou encore des truies sur le point de mettre bas.
Plus d'actualités sur:
Ouvrez votre boîte e-mail et créez un nouveau message. Cliquez sur le premier bouton ci-dessous et collez la ou les adresses e-mail dans le champ d'adresse de votre nouveau message. Cliquez sur le deuxième bouton et collez le texte du message dans votre nouveau message. Envoyez et c'est fait !
Fermer
Le texte est copié correctement.